The Virgin and Child

Title is undoubtedly the most dynamic artwork of the exhibition which leads the eye to the contact between the forms. This acrylic painting on canvas represents above all the movement which is characterized by vivid strokes, sometimes blurred by spray which emphasizes the fleetingness of the lines.

At the top of the painting, concentrated lines run towards the centre of the canvas where these slanting lines intertwine because of the presence of a big sphere which breaks the main structure, this collision being the culminating point of the painting. A third sphere situated at the bottom of the artwork communicates with the medium-size sphere situated just above, as thinning and disappearing diagonals go between them like lightings.

Also the last globe breaks the stiffness of big lines. The diminishing size of the circumferences as well as the progressive reduction of the thickness of straight lines remind of a funnel which purifies the forms.

Furthermore, the energy liberated by the artwork is produced by the choice of the blue colour as a cold dominant of the painting which contrasts with the orange colour, its complimentary colour and the warmest colour of the colour wheel. Being at the same place as the two main spheres, the orange colour as vivid and burning as a fire could evoke the heating treatment of a metal piece which serves to transform the structure of matter. This metamorphosis goes back to the original idea of the work by Xavier Magaldi: the breaking of the predominant slanting shapes by the circular forms, but also the modification of the components of the painting by the interpretation which the artist leaves free.

Therefore, the canvas can also echo Duchamp’s Nude Descending a Staircase or even The Virgin and Child by Raphael in a way in which Madonna is holding infant Christ in a curved position. This variety of explanations of the work refers to the title of the exhibition, Concrete thoughts, or the game between the abstract and the figurative.

—-

La vierge et l’enfant

est sans doute l’œuvre la plus dynamique de l’exposition qui dirige le regard vers le contact entre les formes. Cette peinture acrylique sur toile représente avant tout le mouvement caractérisé par des traits vifs, parfois estompés au spray, qui accentuent la fugacité des lignes.

En haut de la pièce, un concentré de lignes se dirige vers le centre de la toile où ces tracés obliques vont s’entrecroiser en raison de la présence d’une grande sphère qui rompt la structure principale, un choc qui constitue le point culminant du tableau. Une troisième sphère, placée en bas de la représentation, communique avec celle de taille moyenne située légèrement au-dessus puisque c’est entre elles que passent les diagonales en s’affinant et en disparaissant, comme des éclairs. Ce dernier globe casse lui aussi la rigidité des grandes lignes. La taille décroissante des circonférences ainsi que la réduction progressive de la largeur des lignes raides suggèrent un entonnoir qui épure les formes.

Par ailleurs, l’énergie dégagée par l’œuvre est rendue par le choix de la couleur bleue comme dominante froide du tableau qui contraste avec l’orange, sa couleur complémentaire et la couleur la plus chaude du cercle chromatique. Figurant au même endroit que les deux sphères principales, l’orange aussi vif et brûlant que le feu pourrait évoquer le traitement thermique d’une pièce de métal servant à transformer la structure de la matière. Cette métamorphose rejoint l’idée principale de la pièce de Xavier Magaldi : le brisement des figures obliques prédominantes par des formes circulaires, mais aussi la modification des composantes du tableau par l’interprétation à laquelle l’artiste laisse le libre arbitre.

Ainsi, la toile peut également faire écho au Nu descendant un escalier de Duchamp, voire à la Vierge à l’enfant de Raphaël dans la manière que la Madone a de tenir le Christ dans une position courbée. Cette variété d’explications de l’œuvre renvoie d’ailleurs au titre de l’exposition : « Concrete thoughts » ou le jeu entre l’abstrait et le figuratif.

80×100 Aerosol/Acrylic/Marker

magaldi-concrete-thoughts-100x80-2016

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s