Concrete Thoughts – Speerstra Gallery

 

 

magaldi-sclptr-402-v1-2016

Concrete thoughts. Speerstra Gallery. 21 January  18 February 
magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-4

magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-5 magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-4 magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-3 magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-2 magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-1 magaldi-concrete-thoughts-100x80-2016

 

magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-1magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-8

magaldi-concrete-thoughts-speerstra-v26126_omagaldi-concrete-thoughts-speerstra-v2oslalom-aerosol-acrylique-magaldi-80x100-2017le-geant-aerosol-acrylique-magaldi-80x100-2017magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-7magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-5magaldi-concrete-thoughts-speerstra-v208_omagaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-6el-poema-beton-sur-bois-magaldi-carera-120x50-1el-poema-beton-sur-bois-magaldi-carera-120x50-2

 

magaldi-suart-magazine-speerstra-gallery-2017

Catalogue « Concrete thoughts » disponible ici

magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-3magaldi-concrete-thoughts-speerstra-gallery-2017-x-10

 
 

« Concrete thoughts », le titre de l’exposition que présente la Speerstra Gallery révèle d’emblée l’importante démarche que Xavier Magaldi dévoile cette fois-ci : l’idée d’œuvres qui tirent sur l’abstrait, mais qui, paradoxalement, se construisent sur des formes concrètes. Ces figures perceptibles interagissent entre elles, s’entrechoquent. L’image prise dans son ensemble communique à son tour avec la pensée du spectateur et lui laisse une liberté d’interprétation.

L’intitulé de la présentation renvoie aussi au matériau utilisé : « concrete » (béton en anglais). Xavier Magaldi fait preuve de courage en affrontant la dureté de la matière et la difficulté à la métamorphoser en une création artistique, sans pour autant délaisser l’aspect brut de la substance initiale. Ce processus constitue également un clin d’œil à l’architecture brutaliste du Corbusier, une finition « brut de décoffrage » perceptible à travers ses pièces de bois taillées sans être trop épurées puis superposées. Mais le peintre-sculpteur touche aussi au métal et présente une nouvelle sculpture, qui, dessinée et pensée de manière verticale, prend un autre sens une fois mise à l’horizontal. Elle rejoint indirectement le concept du Gothic futurism introduit par l’artiste américain Rammellzee, notamment le vaisseau spatial de ce dernier, un élément que Xavier Magaldi a toutefois repensé et rendu plus palpable par l’utilisation de la matière.

L’artiste se prête au jeu des formes, mais aussi à celui des techniques et des couleurs. Il confirme l’utilisation de mediums tels que l’aquarelle et l’acrylique tout en gardant quelques traces de bombe aérosol. Cet outil suprême du graffiti porte l’aspect dynamique de ses travaux à son apogée grâce à une sensation fugitive fournie par le dégradé du spray. Cette sensation de mouvement énergique n’est pas sans évoquer les futuristes italiens. À l’occasion de cette exposition, le peintre sort aussi de la couleur : un orange vif, un rouge éclatant, qui surgit dans ses parallélogrammes comme une signature. Ces teintes frappent autant que celles d’un graffiti en pleine rue. Dans le cas présent, elles marquent surtout le contraste avec les tons froids préconisés par le créateur, particulièrement visibles dans ses aplats.

C’est ainsi que Xavier Magaldi redessine sa combinaison « mécafuturiste » par une focalisation sur la flexibilité des formes géométriques. De cette façon, il s’est émancipé des structures plus pures, conditionnées par la présence récurrente de l’engrenage. Son trait reste précis, mais il se trouve de la sorte adouci et confère une touche de souplesse et de finesse à son style. Sur ses toiles, ce n’est donc plus l’empreinte du rythme d’un mécanisme horloger mais celle d’une longue réflexion autour de l’équilibre et de l’incidence entre les formes, puis de leur impact sur le regard, qui n’a pas fini d’explorer la mutation éternelle des éléments matériels.

Texte Ekatérina Soldatova.

 

Concrete thoughts, the title of the exhibition presented by the Speerstra Gallery, reveals the intention of Xavier Magaldi which he discloses this time: the idea of artworks that tend to be abstract, but which, paradoxically, are based on the concrete forms. These discernible shapes interact and clash. The whole picture communicates in its turn with the spectator and leaves them freedom of interpretation.

The title of the presentation also refers to concrete, the material which was used. Xavier Magaldi demonstrates courage in facing the toughness of the material and the difficulty of transforming it into an artistic creation, while maintaining the raw aspect of the initial substance. The process is a nod to the brutalist architecture of Le Corbusier, rough and rugged surface visible through sharpened by not refined wooden parts which overlap. But the artist makes use of metal and presents a new sculpture which is drawn and designed vertically and which takes on a new dimension when put horizontally. It indirectly joins the concept of Gothic Futurism introduced by the American artist Rammellzee, particularly his space ship, the element which Xavier Magaldi made more palpable by the use of the material.

The artist is taken by the game of shapes, techniques and colours. He confirms the use of such mediums as water colours and acrylic while keeping some traces of a spray. This supreme tool of the graffiti brings a dynamic aspect of his works to its peak thanks to the fleeting feeling of the spray shading. This feeling of energetic movement is not unfamiliar to the Italian futurists. On the occasion of this exhibition, the artist makes use of the colour: vivid orange, bright red that appear in his parallelograms as a signature. These shades strike as much as the ones of graffiti in the street. Here they contrast with artist’s favourite cold tones, particularly visible in his solid colours.

This is how Xavier Magaldi redesigns his “mecafuturist” combination by focusing on the flexibility of geometric shapes. He emancipated himself from the purer structures affected by the recurring presence of the gear. His strokes are still precise, but they are softer in a way that gives a hint of flexibility and fineness to his style. It is not the footprint of the rhythm of a watch mechanism that is visible in his canvases, but the footprint of a long reflection about the balance and the incidence between the shapes, and their impact on the eye that continues to explore the eternal mutation of material elements.

Geneva Propaganda – El Poema installation Magaldi/Carera

magaldi-carera-idroom-geneve-03 magaldi-carera-idroom-geneve-04 magaldi-carera-idroom-geneve-05 magaldi-carera-idroom-geneve-07

magaldi-carera-idroom-geneve-02magaldi-carera-idroom-geneve-026

« El Poema » collaboration avec Mat Carera – 2016

IdRoom Geneva

Installation d’une sculpture, bois, béton.

Les bas-reliefs en béton se réfèrent clairement au brutalisme dans toute sa puissance, avec néanmoins quelques particularités relativement remarquables dont celle franchement étonnante de parvenir à les rendre « légers » de par leur démantèlement méthodique en couches superposées.

L’ajout de texte en filigrane, à fleur de béton, sérigraphié lui aussi avec le même matériau selon une technique inédite et empruntant au Maître en la matière un manifeste poétique ornant délicatement certains pans de la structure est d’une efficacité redoutable. L’intelligence mise à plat et la dureté suprématiste dialoguent ainsi à l’unisson dans le meilleur des mondes.

L’acte d’écrire sur un pan de béton se réfère quant à lui tout aussi finement au street-art mais dans sa version muséale, permettant ainsi à l’architecture et à l’écriture de ne faire qu’un.

fragments de texte: Poème « L’angle droit » autoportrait du « le Corbusier »

Du 04 au 19 novembre  2016 aux “Halles de la Fonderie” à Carouge , une exposition événement à Genève, réunissant 50 sérigraphies d’Obey et une sélection d’artistes genevois.

Texte : Sesame Not Online

Line up :
Obey Giant, Nadib Bandi, Jazi – TZP,  Creative Joule / Jonxion crew, Steven Serval, Xavier Magaldi , Ygrek Oner , Buda, Rey Oner,  Basto, Amaelle

« The Cube » installation/residence in Street Art City.

« The Cube »
Installation réalisée dans le cadre d’une résidence à Street Art City, à Lurcy-Lévis en France.

 

xavier-magaldi-thecube-2016-001xavier-magaldi-thecube-2016-000xavier-magaldi-thecube-2016-007xavier-magaldi-thecube-2016-005xavier-magaldi-thecube-2016-006xavier-magaldi-thecube-2016-003xavier-magaldi-thecube-2016-004xavier-magaldi-thecube-2016-012xavier-magaldi-thecube-2016-008gilles-sylvie-iniesta

Street-Art-City Residence.
Un lieu unique sur la scène européenne : au cœur de La France, sur 10 hectares, 13 bâtiments d’une surface de 7000m2 , construits en béton dans les années 80, abandonnés depuis 1993, sont livrés à l’expression artistique « griffée Street Art ».
Street Art City accueille les Artistes en résidence, pour une immersion totale et tout à la fois carrefour de rencontres, lieu de ressources et de transmission, atelier de création, laboratoire d’expérimentation artistique.

Un projet rêvé, puis concrétisé par Gilles et Sylvie Iniesta, un couple passionné. Gardiens des lieux où la bonne humeur et les rencontres artistiques font partie du quotidien!

Pour ma part je suis intervenu dans un Espace en forme de cube, il devait sans doute être utilisé comme espace d’accueil.
A travers ces deux parties vitrées, on peut y voir un mur avec une toile accrochée ainsi qu’une sculpture suspendue.
La sculpture suspendue au centre de la pièce se situe à environ 1 mètre de distance de la partie murale réalisée dans les tons chauds. Une sculpture réalisée avec différents objets trouvés sur le site, bois, métal, lamelles de stores, structure luminaire néon, disques de meuleuses, structures d’aération. Le contraste chaud froid s’effectue naturellement.
Toujours dans un style mecafuturiste on y retrouvera la géométrie et un certain dynamisme. Fidèle à ma démarche d’Upcycling certains objets recyclés y sont intégrés.

Peinture sur toile en lin : acrylique, marker. 120×90 – 2016
Sculpture : différents objets trouvés sur le site, bois, métal, lamelles de stores, structure luminaire néon, disques de meuleuses, structures d’aération. 220×60 – 2016


#StreetArtCity /// Peintures, murs et collages de #Fasim, #XavierMagaldi, #Wesl, #Kevin, #Jungle, #Basto, #Tarek, #CarlosOlmo, #Crey132, #Shine, # Yarps, #LeoMordac, #Zeso, #Alaniz, #Caropepe, #Garavato

 

« Esprit Upcycling »

A l’heure de la société de grande consommation, le tri, le traitement et la valorisation des déchets sont devenus une préoccupation majeure.
Dans une démarche artistique, parfois militante, les upcycleurs laissent exprimer leur créativité sans limite. Douze créateurs venus de toute l’Europe présenteront leurs oeuvres uniques réalisées à partir d’objets de récupération et de matériaux usagés. Une exposition originale et thématique qui étonnera et interpellera les visiteurs d’Habitat-Jardin 2016 qui ne pouvait ignorer la dernière tendance écologique.

Arctic2 XavierMagaldi2016Arctic01 XavierMagaldi2016ursusbipolarus 01upcycling Magaldi 06

 

 

Le salon. Au cœur de la Suisse romande, Habitat-Jardin s’adresse aux actuels et futurs propriétaires de biens immobiliers en leur proposant une offre complète de produits et services. 12 secteurs complémentaires dans les domaines de l’habitat et des aménagements extérieurs réunissent les leaders du marché. Ils font ainsi d’Habitat-Jardin la plateforme incontournable de Suisse romande.

 

REVOLUTION Magazine

Contributor @ REVOLUTION magazine

Winter 2012-2013
Xavier Magaldi Revolution 2012

Vue des Alpes…

Swiss Alps…  Slalom G…   Futurisme.xavier magaldi_swiss made

30x90cm – Acrylique spray, Posca,  sur toile – 2012

xavier magaldi_Cervin Matterhorn orange

Matterhorn / Cervin orange – 60x60cm – Acrylique spray, Posca,  sur toile – 2012

 

xavier magaldi_Cervin Matterhorn red

Matterhorn / Cervin red – 60x60cm – Acrylique spray, Posca,  sur toile – 2012

Tempus Vitis…

Petit clin d’oeil à la commune de Satigny. La plus grande commune viticole de Suisse, avec ses 438 hectares de vignoble.

Plan de Satigny (Carte Mayer de 1830) traversée par les vignes…

40x180cm – Acrylique spray, Posca,  sur toile – 2012